Le gâteau roulé et le coup du torchon (propre)


J’avais le fantasme de faire un jour moi même un roulé. Ouais ça m’intriguait cette histoire de torchon mouillé tout ça. C’est pour ça que je m’étais décidé à investir il y a quelque temps dans une plaque « spécial roulé » chez la vitrrriiiine magiiiiiiiique !

Ce week end je n’avais pas envie de me lancer dans un dessert chiadé. Ouais, y a des jours comme ça où mon poil dans la main est plus long que d’autres (pas plus long que d’autres poils hein, plus long que d’autres jours quoi). En plus c’est bon les roulés ! Qui n’aime pas les roulés ? Mais tout le monde aime les roulés !

Donc j’ai trouvé une recette bien notée chez marmiton sauf qu’à un moment il paraitrait que la pâte est impratiquable (je vous rassure on s’en sort très bien en rajoutant une cuillère de lait) et qu’il vaut mieux réduire les quantités quand on a une petite plaque comme la mienne. Comme elle fait la moitié d’une plaque de four, j’ai divisé les quantités par deux. Ouais y a pas plus logique que moi j’vous l’dis.

  • quatre deux oeufs
  • 125 60g de sucre en poudre
  • 125 60 g de farine
  • 2 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 cuillère à café de levure
  • 15 g de beurre
  • 1 pot de gelée ou confiture
  • sucre glace
  • papier aluminium ou papier cuisson
  • 1 CS de lait
  • 1 cc d’arôme vanille (facultatif)

J’ai barré la levure car … bein j’en n’avais plus dis donc. En même temps, plutôt que de renoncer à mon roulé, j’ai mis mes neurones en route : pourquoi de la levure ? Dans la recette on monte les blancs en neige, ça doit suffire à donner du volume hein. Après tout, le gâteau qu’on roule ne doit pas faire 3 cm de haut nan plus hein, sinon bonjour l’étouffe couillon !

Ah ouais puis le beurre ne sert qu’à beurrer (sans dec ?) la plaque/papier cuisson. Alors si vous voulez utiliser plus de 15 g ou moins, y a rien qui vous en empêche hein.

Donc on s’y jette !
On préchauffe son four à 200°

On sépare les jaunes des blancs.
On bat les jaunes avec le sucre, et on ajoute ensuite la vanille et petit à petit la farine.

C’est là qu’on se retouve avec du ciment en effet. Et nous on n’a pas de truelle, on a juste un fouet.

Donc on mouille la pâte avec un peu de lait, histoire de pouvoir touiller tranquilos.

Ensuite on bat les blancs en neige, on en prélève une bonne cuillère pour touiller énergiquement la pâte afin de la détendre (et elle en a besoin !). Ensuite on incorpore le reste avec la douceur d’une araignée qui emmaillote sa proie (cool comme image hein ?)

Pour le reste des opérations je me suis plutôt inspirée de la méthode Supertoinette. Nan parce que l’autre là sur marmiton, elle roule son roulé AVEC le papier de cuisson, puis elle le DEROULE pour enlever le papier, puis elle le REROULE. Hum … Un coup à tout péter ça hein. Et il est où mon torchon mouillé hein ? Je veux mon torchon mouillé moi !!!

Bon moi pour être bien sûre que ça ne colle pas, j’ai beurré mon papier et j’ai mis la pâte. Au four !

En 5 minutes, mon gâteau se colorait déjà !

Bon, c’est là qu’on rigole ! On prend un torchon mouillé (j’aime bien parce que souvent vous verrez

Prendre un torchon propre

Nan mais … ça vous viendrez à l’idée vous d’aller chercher un torchon dans le garage, là où Jean-René stocke sa térébenthine et son white spirit. Ouais prenez un torchon à Jean-René tiens. Nan mais j’te jure …)
Donc, vous mouillez votre torchon, vous l’étalez, et vous retournez d’un coup sec votre plaque pour que le gâteau tombe.

Oui, mon torchon est moche … Mais il est propre !

Ensuite on le couvre de confiture. J’ai choisi Mirabelle 🙂

Bon, mettez en moins vous hein, parce que j’en ai eu autant dans le torchon que dans le gâteau. Le mieux c’est quand même de la gelée je pense. Parce que les morceaux ne pensent qu’à se tirer quand on roule. Ouais ils se la jouent « prison break » et ils mettent pas 20 épisodes à y arriver.

Là je me suis dit que j’avais fait le roulé le plus moche du monde … Mais tout n’est pas perdu, il reste encore à le rouler dans le torchon

Suivez les instructions sur Supertoinette hein, c’est bien expliqué.

Bon j’attends 10 minutes et je déroule en sifflotant

Ouuuuuuuuuuuais ! Pas mal ! Le coup du torchon ça tasse bien !

Après vous le décorez comme vous voulez. Moi j’ai ressorti mon glaçage à la Paul Newman (proportion divisée par 2) mais avec de la pralinoise ce coup ci, et saupoudrée de poudre de noisettes.

Bon je l’ai pas fait super soigné mon glaçage hein, mon poil dans la main était toujours là.

Voilà ce que ça donne une fois coupé.

C’était super bon ! Moelleux et tout et tout. Par contre y en a pour 6 et pas plus avec cette plaque. Alors la prochaine fois ça sera deux fournées avec des parfums différents. Miam miam !


Publicités

6 Réponses

  1. J’ai essayer d’en faire un une fois mais j’ai râté lol au moment de le dérouler il restait coller à l’essuie de vaisselle… Je retenterais avec votre recette…
    Bon dimanche
    Aurélie

  2. Faut bien mouiller l’torchon hein m’dame.
    Tiens ça me fait penser que ça fait un bail que je n’en ai pas fait …

  3. Ma soeur elle a mis le chocolat sur la pâte puis elle a mis le torchon. Celui-ci c’est enduit du chocolat, c’était beurk à voir !!!

  4. Et oui, il ne faut pas mettre trop de garniture sinon ça déborde 😉

  5. trop mdr à suivre les instructions , j’aime 🙂 🙂

  6. A vot’ service 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :